SPORT EDUCATION ET SOCIETE > Sport et santé >

Lettre médical 6 : Le fonctionnement du muscle

Il est nécessaire d'étudier ce fonctionnement pour comprendre l'effort sportif, l'entraînement, les blessures et leur traitement.




C'est quand il est lésé que l'on s'aperçoit à quoi sert un muscle. Les connaissances médicales évoluent rapidement, l'anatomie elle-même change. Avec le professeur d'anatomie du CHU de Besançon, le Docteur GUYOT, nous avions créé le terme de l' "Anatomie dans le mouvement".

Anatomie du muscle

Au niveau des muscles se situent les propriocepteurs, capteurs de l'information, si importants pour le geste et la rééducation. Le sport les développe. Ils sont mis en éveil dès l'échauffement et les étirements, par exemple les récepteurs de GOLGI à la jonction musculo-tendineuse.

Il faut aussi comprendre l'extraordinaire synchronisation des chaînes musculaires dans l'ordre (phénomènedu recrutement) et la coordination agoniste-antagoniste dans des temps ultrarapides de l'ordre du dixième de seconde.

La qualité des mouvements musculaires donne les caractéristiques demandées en sport :

FORCE
+ VITESSE
+ ENDURANCE
+ RESISTANCE


Un muscle est constitué de milliers de fibres elles-mêmes divisées en myofibrilles aboutissant jusqu'à la molécule musculaire groupée par 2 dans le sarcomère qui est l'unité contractile. Le tout est inséré dans des enveloppes aponévrotiques : les loges.

Ci-contre : la fibre musculaire selon MALEGUE et RIEU


Physiologie du muscle

Les 2 molécules du sarcomère sont l'actine et la myosine. Elles glissent l'une sur l'autre avec des ponts qui les relient (contraction – élongation).

Des pompes à sodium (Na), potassium (K) et calcium (Ca), permettent cette mécanique. Le muscle, comparable à un moteur, converti son énergie chimique en énergie mécanique. L'hydrolyse de l'ATP (Adénosine-triphosphate) contenue dans la myosine donne l'énergie en présence de Ca.

Les fibres musculaires s'étendent, c'est nécessaire, mais pas les tendons (important pour les étirements) qui sont inextensibles.

Pendant la croissance jusqu'à 20 ans, les muscles grandissent et grossissent plus vite que les tendons. Ceux-ci doivent s'épaissir sous l'effet de l'entraînement. Les muscles les plus raides sont les ischio-jambiers (cuisse) et le triceps sural (molet). Ce sont ceux qui souffrent le plus chez l'adolescent qui n'a pas fini sa croissance.

Ci-contre : le sarcomère (unité contractile de la fibre musculaire) selon RIEU


Les types de fibres

Comme vous le savez, nous avons 3 types de muscles (visualiser les différents types de fibres musculaires) dont dépendent les 4 critères de l'effort différent selon les disciplines (force, vitesse, endurance, résistance).

1) Les muscles à prédominance de fibres rouges de type I dites lentes ou slow-oxydatives, actives dans l'endurance (courses de fond), très vascularisées, peu fatigables.

2) Les muscles à prédominance de fibres blanches de type II dites rapides ou fast-oxydatives, actives pour la force et la vitesse (saut, punch, sprint, explosivité) diminuent avec l'âge.

3) Les mixtes de type II a.

Les dépenses énergétiques sont alors différentes pour ces catégories de fibres musculaires qui ont recours aux systèmes métaboliques bien connus :

aérobie (consomme de l'oxygène)
ou
anaérobie (sans besoin d'oxygène)


Les fibres blanches ont plus besoin d'étirements devant être employées pour les efforts brefs et violents.

Ci-contre : les 3 systèmes métaboliques selon MALEGUE et RIEU


Examen médical

L'examen médical observera :

• les mouvements actifs : effectués par le sportif seul
• les mouvements passifs (ou forcés) : avec l'aide du médecin ou du kiné
• les mouvements contrariés : pour faire contracter le muscle ainsi visualisé

Toujours en comparatif, observer droite et gauche, côté sain et côté lésé… "Enlevez vos deux chaussettes (ou vos deux bas)" surprend toujours le patient n'ayant mal que d'un côté ! L'étude de l'amplitude du geste fait intervenir à la fois l'étirement musculaire et l'appareil ligamentaire de l'articulation qui peut être rétracté ou calcifié.

L'examen du muscle tiendra donc compte :
• du raccourcissement (concentrique)
• de l'étirement (excentrique)
• des deux (pliométrique)
• de l'isométrie (mouvement contrarié sans changer la longueur du muscle)

On comprend ainsi mieux l'importance de la pliométrie mesurée grâce au test de Bosco sur tapis électronique (test réalisé au Centre Médico-Sportif 90) qui nous permet de déceler la qualité punch ou endurance ou les deux à la fois pour les sportifs complets.




Après cette présentation générale du muscle du sportif, nous pourrons aborder dans les prochains numéros de la lettre :
• les étirements, leur importance
• les blessures musculaires
• les tendinites

Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter le CDOS90 pour des exposés bénévoles dans les formations en club ou en comité départemental.



Recherche



Coordonnées

CDOS 90
10 rue de Londres - Belfort
Téléphone : 09 52 56 40 66
Mail : territoiredebelfort@
franceolympique.com

Agenda des événements sportifs départementaux

Facebook

Restez connectés avec le CDOS90 et suivez nous sur