SPORT EDUCATION ET SOCIETE > Sport et santé >

Lettre médical 8 : Le genou et la cheville

Rappel des échanges médicaux de la 3ème journée de traumatologie du sport au stade Bonal du FCSM, le 30 avril 2011, sous la présidence du professeur JAEGER.




En effet, les observations et les avancées des médecins et des kinés du sport doivent être rapportées aux sportifs pour leur compréhension des gestes sportifs, des blessures et leurs prises en charge. Nous avons extrait de cette rencontre des renseignements pratiques pour tout sportif.


1 / Anatomie fonctionnelle de la cheville (la cheville en mouvement) : Docteur Michel MAREY du FCSM

Il y a du nouveau dans les termes d'anatomie. On ne dit plus "péroné" mais "fibula", "rotule" mais "patela". Le ligament latéral externe de l'articulation (LCE) s'appelle maintenant ligament collatéral latéral (LCL) et le ligament latéral interne (LCI) s'appelle ligament collatéral médian (LCM). Le LCL est formé de 2 faisceaux, le LCM de 3 faisceaux. La cheville est une pince élastique et variable. L'axe membre inférieur tibia-pied est en baïonnette. La pression du corps sur les ligaments cheville ainsi écartés est 3 fois plus forte que le poids du corps.

Les mouvements de la cheville sont faits de roulis, de tangage et de virages. La force verticale de la jambe se transforme en force horizontale au pied. On décrit des mouvements :
• d'abduction = écarte le pied en dehors
• d'adduction = amène le pied en dedans
• la pronation soulève le bord externe du pied
• la supination soulève le bord interne du pied

Le résultat est pour le pied en dedans (pied en varus) = supination + adduction.
Pour le pied en dehors (pied en valgus) = pronation + abduction.
L'éversion est la flexion dorsale, la pointe du pied se relève.
L'inversion est la flexion plantaire, la pointe du pied appuie.

Tout ceci explique l'incroyable mobilité de la cheville et les sources d'accident.
Il y a 6 muscles stabilisateurs : 3 en avant (extérieurs) et 3 en arrière (fléchisseurs). Ceci est important à connaître pour diagnostiquer les tendinites et tendino-synovite (atteinte de la graisse du tendon).

Le testing (mouvement forcé et contrarié, on empêche le mouvement) permet de préciser le muscle atteint en le faisant contracter.


2 / Blessure du genou – Diagnostic immédiat : Professeur JAEGER

S'il y a rupture d'un ligament, c'est l'entorse grave :
• du latéral interne = ne s'opère plus
• du ligament croisé antérieur (LCA) = s'insère sur le point d'angle (épine du plateau tibial) externe (le P.A.P.E.).
• du ligament croisé postérieur (LCP) = s'insère sur le point d'angle interne (le P.A.P.I.).

La rupture du LCA isolée n'est pas forcément à opérer.

Circonstances de la blessure :
• pivotement en rotation interne
• extension brutale en hyperextension
• la jambe est partie à l'extérieur
• choc direct d'un tacle appuyé

Les signes :
• épanchement à J+1, genoux volumineux.
• appui du doigt sur la rotule = choc rotulien = présence de sang ou signe du glaçon, l'étirement de la jambe provoque une douleur syncopale.

Constats des mouvements anormaux du genou (bâillement, tiroir, ressaut, hypermobilité) :
• le signe de LACHMAN-NOULIS = un tiroir antérieur en sub-extension sur genou fléchi, signe la rupture du LCA dans 80 % des cas. Toujours rechercher des 2 côtés, en comparatif.
• le signe du ressaut rotatoire de LEMAIRE.
• le jerk-test et le MAC-INTOCH sont difficiles à réaliser et douloureux.
• le ressaut vers l'arrière signe l'attente du pivot postérieur donc du LCP.

Si l'examen clinique est bien fait, on sait ce qui a cassé, on n'a pas besoin de l'IRM. Celle-ci n'est pas nécessaire pour le LCA car il y a des faux négatifs et des faux positifs. L'IRM n'a qu'un intérêt judiciaire. L'arthroscopie est aussi inutile car risque d'arthrite septique. Le Professeur JAEGER parle de "tourisme articulaire". Par contre, la radio est nécessaire pour détecter d'éventuels arrachements osseux.


3 / Examen programmé du genou (suivant un protocole) : Docteur LUTZ, Strasbourg

4 questions à poser :
• le genou gonfle-t-il à l'effort ?
• gêne à la descente d'escaliers ?
• blocage vrai, c'est-à-dire que le genou ne revient pas en place ?
• marche sur un pied ?

Examen :
• par surprise, pour surprendre une douleur
• comparer les 2 côtés
• observer debout : creux vers l'arrière (recurvatum) ou flexion en avant (flexum)
• chercher le choc rotulien
• palpation avec le pouce et l'index du ménisque : déclenche une douleur
• signe de LACHMAN
• signe de MACMURAY, jambe levée en flexion, déboiter violemment le genou latéralement
• signe de GENETY, sur le ventre : déficit de l'extension forcée


4 / La podoscopie : M. RETALI, podologue du FCSM

La podoscopie révèle des valgus ou varus (appuis sur le côté), des inégalités des membres inférieurs. Un membre plus court va chasser sur le côté et tordre la colonne vertébrale.
Porter des semelles orthopédiques corrigent les troubles statiques. Sur mesure, en plastique thermo-durcissable, elles permettent toute sortes de compositions d'épaisseur ou de souplesse.




Docteur François MARINI,
Médecin du CDOS90
Médecin de la Ligue de FC de Football



Recherche



Coordonnées

CDOS 90
10 rue de Londres - Belfort
Téléphone : 09 52 56 40 66
Mail : territoiredebelfort@
franceolympique.com

Agenda des événements sportifs départementaux

Facebook

Restez connectés avec le CDOS90 et suivez nous sur